2 novembre 2016

Le Christ au Mont des Oliviers




Le Christ au Mont des Oliviers par Eugène Delacroix, à l'église Saint Paul-Saint Louis, Paris 4ème 




Le Christ au Mont des Oliviers, de Ludwig van Beethoven 




Saint Luc 
Jésus sortit pour se rendre, selon son habitude, au mont des Oliviers, et ses
disciples le suivirent. Arrivé en ce lieu, il leur dit : « Priez, pour ne pas
entrer en tentation. ». Puis il s’écarta à la distance d’un jet de pierre environ.
S’étant mis à genoux, il priait en disant : « Père, si tu le veux, éloigne de moi
cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne. » 
Alors, du ciel, lui apparut un ange qui le réconfortait. Entré en agonie, Jésus priait
avec plus d’insistance, et sa sueur devint comme des gouttes de sang qui
tombaient sur la terre. Puis Jésus se releva de sa prière et rejoignit ses 
disciples qu’il trouva endormis, accablés de tristesse. Il leur dit :
« Pourquoi dormez-vous ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation. » 


Saint Matthieu 
Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : 
« Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier. » Il emmena Pierre,
ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir
tristesse et angoisse. Il leur dit alors : « Mon âme est triste à en mourir. 
Restez ici et veillez avec moi. » Allant un peu plus loin, il tomba face contre
terre en priant, et il disait : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe
passe loin de moi ! Cependant, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu
veux. » Puis il revient vers ses disciples et les trouve endormis ; il dit à
Pierre : « Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller seulement une heure
avec moi ? Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent
mais la chair est faible. » De nouveau, il s’éloigna et pria, pour la deuxième fois ; 
il disait : « Mon Père, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que 
ta volonté soit faite ! » Revenu près des disciples, de nouveau il les trouva
endormis, car leurs yeux étaient lourds de sommeil. Les laissant, de nouveau il
s’éloigna et pria pour la troisième fois, en répétant les mêmes paroles. Alors il revient 
vers les disciples et leur dit : « Désormais, vous pouvez
dormir et vous reposer. Voici qu’elle est proche, l’heure où le Fils de l’homme est
livré aux mains des pécheurs. Levez-vous ! Allons ! Voici qu’il est proche,
celui qui me livre. »
 
Saint Jean 
Ayant ainsi parlé, Jésus sortit avec ses disciples et traversa le torrent du
Cédron ; il y avait là un jardin, dans lequel il entra avec ses disciples. Judas, 
qui le livrait, connaissait l’endroit, lui aussi, car Jésus et ses
disciples s’y étaient souvent réunis.

Saint Marc 
Ils parviennent à un domaine appelé Gethsémani. Jésus dit à ses disciples : 
« Asseyez-vous ici, pendant que je vais prier. » Puis il emmène avec lui Pierre,
 Jacques et Jean, et commence à ressentir frayeur et angoisse. Il leur dit : 
« Mon âme est triste à mourir. Restez ici et veillez. » Allant un peu plus loin,
 il tombait à terre et priait pour que, s’il était possible, cette heure s’éloigne de lui.
Il disait : « Abba… Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe.
Cependant, non pas ce que moi, je veux, mais ce que toi, tu veux ! ». Puis il revien
 et trouve les disciples endormis. Il dit à Pierre : « Simon, tu dors ! Tu n’as pas eu la 
force de veiller seulement une heure ?Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ;
l’esprit est ardent, mais la chair est faible. » De nouveau, il s’éloigna et pria, en répétant
les mêmes paroles. Et de nouveau, il vint près des disciples qu’il trouva endormis
car leurs yeux étaient alourdis de sommeil. Et eux ne savaient que lui répondre.
Une troisième fois, il revient et leur dit : « Désormais, vous pouvez dormir et
vous reposer. C’est fait ; l’heure est venue : voici que le Fils de l’homme est
livré aux mains des pécheurs. Levez-vous ! Allons ! Voici qu’il est proche, celui 
qui me livre. »