11 octobre 2016

Alceste


.... La reine pleure sur elle-même et implore la pitié de ses amis dans cet immortel adagio qui dépasse en grandeur de style tout ce que l’on connaît du même genre en musique :
Ah! malgré moi mon faible cœur partage ...

Quel tissu mélodique! quelles modulations! quelle gradation dans les accents sur cet accompagnement acharné de l’orchestre!

Voyez quelle est la rigueur de mon sort!
Épouse, mère et reine si chérie,
Rien ne manquait au bonheur de ma vie,
Et je n’ai plus d’autre espoir que la mort!

Mais voilà l’accès revenu, le désespoir encore est le maître, le délire fiévreux reparaît plus brûlant; l’orchestre tremble dans un mouvement rapide :

O ciel! quel supplice et quelle douleur!
Il faut quitter tout ce que j’aime!
Cet effort, ce tourment extrême,
Et me déchire et m’arrache le cœur!

Les paroles sont entrecoupées : Il faut - quitter - tout ce - que j’aime. Ici la faute de prosodie (tout ce) est une beauté, Alceste sanglote et ne peut plus parler; et enfin la voix parvenue sur le la bémol aigu se porte avec effort vers le la naturel à ces mots : M’arrache le cœur!...