26 août 2016

prendre le peintre pour modèle

Nature morte aux pommes, par Félix Vallotton, 1910 




« Si les objets des natures mortes – mettons: les pommes – étaient conscients et savaient parler, quels vivants et indiscrets portraits des peintres ils pourraient faire ; car ils connaîtraient leur regard dans l'action, et leurs passions, et leurs manies. Si l'œil du peintre saisit un secret des choses, ces choses, ayant soutenu le regard du peintre alors qu'il se croyait seul et non observé, auraient aussi saisi une part de son secret, ou plutôt de son intimité. Ah ! quel malheur que ce ne soit jamais les choses qui prennent le peintre pour modèle! »

Georges Limbour






Félix Vallotton, autoportrait en robe de chambre, 1914