31 mars 2015

Les gravures de Callot


Les misères et les malheurs de la guerre :
 ma pendaison, par Jacques Callot 
[cliquer sur l'image pour l'agrandir]


Les gravures de Callot représentent très souvent des grands espaces, des vastes paysages vides aperçus d’une certaine hauteur, en diagonale, d’un angle de vue proche de celui que nous avons devant une fourmilière. Dans ces espaces grouille et s’agite une multitude de minuscules personnages, des personnages dessinés avec une avarice aiguë de lignes incisives et précises et qui se détachent souvent en ombre chinoise déchirée sur le blanc vide et impassible (Il y aurait beaucoup à dire sur les dimensions mêmes de ces gravures.) Mais quelle est l’activité de ces foules? Les personnages s'entretuent, ou une partie des personnages tue l’autre. Ce ne sont que des scènes de massacre, de torture et de viol, incendie et naufrage. Et ce n’est peut-être pas par hasard que la plus célèbre de ces planches soit celle qui nous montre le plus de pendus.