12 mars 2014

statues divines




Statue d'Osiris,crypte du Louvre 


« Quand apparût brusquement - car la niche est coupée net, au ras du mur - sous la lumière verte Osiris, j'eus peur. Mes yeux, naturellement, furent les premiers renseignés ? Non. Mes épaules d'abord, et ma nuque qu'écrasait une main, ou une masse qui m'obligeait à m'enfoncer dans les millénaires égyptiens et, mentalement, à me courber, et davantage même, à me ratatiner devant cette petite statue au regard et au sourire durs. Il s'agissait bien d'un dieu. De celui de l'inexorable. (Je parle, on s'en doute peut-être, de la statue d'Osiris, debout, dans la crypte du Louvre.) J'avais peur parce qu'il s'agissait, sans erreur possible, d'un dieu.  Certaines statues de Giacometti me causent une émotion bien proche de cette terreur, et une fascination presque aussi grande. »

Jean Genet



Annette debout par Alberto Giacometti, 1954