8 février 2014

Conte d'un poète barbu

Le poète René Depestre 




Barbu j'ai des atomes crochus avec les pluies et les étoiles, les souffrances et les fêtes de tous mes foyers d'origine.

Dans une histoire masquée ma barbe risquait d'être un palmier aveugle à vie au lieu d'un conte de fées.

Pour la barbe des poètes il n'y a pas de commandant en chef ni d'ayatollah cubain inspiré ni de gestionnaire du sacré.

Mes poils gris sont des racines qui voyagent partout avec moi : je les porte, les pieds dans la boue, la tête dans la conscience émerveillée. 

 2

 Sans la barbe je serais la proie d'un rude travail de deuil et de nostalgie ; ma barbe me tient à l'abri du panier de vipères et de crabes des exilés. 

Venue de la mer caraïbe ma barbe a les pieds sur la terre et pour plaire au clair de lune il lui arrive aussi de voler.

Proche des sept femmes de l'arc-en-ciel la nuit ma barbe est phosphorescente ; pour célébrer le lotus de la femme aimée ma barbe est un imaginaire qui bande bien.   



René Depestre