16 décembre 2013

Philanthropie



Tête de l'assassin Picard, photographié après son exécution en 1862 par Charles Desavary

« Je ne puis m'empêcher de faire observer combien il est philanthropique d’utiliser le condamné à mort au lieu de le guillotiner brutalement. On emploie déjà l’adipocire des amphithéâtres à faire de la bougie, nous ne devons pas nous arrêter en si beau chemin. Que les condamnés soient donc livrés aux savants au lieu d’être livrés au bourreau. » 

 Honoré de Balzac