8 novembre 2013

définition historique


nature morte de courge, lis, pêches et poires, par Simone Peterzano 







COURGE n. f., aboutissement (v. 1350) de cohourge (XIVe s.), est une forme dialectale (surtout Ouest) issue d'un latin tardif  cucurbica, altération du latin classique cucurbita « courge, gourde ». Ce mot présente le même redoublement syllabique que les mots de sens voisin cucutia, cucumis « concombre » et cicirbita. La forme classique a donné coorde, cohourde (1246), forme conservée dans de nombreux patois. En outre, elle a échangé son suffixe contre d'autres suffixes diminutifs comme -ula (d'où l'ancien provençal cogorla, l'ancien français courle, le lorrain cohole, etc.) 
Quant à COUGOURDE n. f. (1673), forme moderne de coucourde (1273), aujourd'hui usité dans le sud-est de la France, il est issu de l'ancien provençal cogorda, de cucurbita. Dans les parlers septentrionaux, le terme dominant est citrouille.     
Courge, nom de plante, est couramment employé pour désigner le fruit de certaines variétés, utilisé comme légume. Il est parfois employé avec le sens péjoratif d'« imbécile » par référence, dit-on, au vide interne du fruit.
Il a produit le terme régional COURGERON n. m. (1852) « petite courge », en usage en Suisse romande, et COURGETTE n. f. (1929, d'abord en Bourgogne) « fruit d'une variété de courge consommée jeune », rapidement devenu usuel, cet état du légume étant plus courant en cuisine que la courge elle-même.