29 septembre 2013

Graffiti







La dernière vespasienne de Paris 
(boulevard Arago, le long de la prison de la Santé)



 Le graveur voit disparaître
 une à une les pissotières 
 tableaux noirs où ses écrits
manifestaient une grammaire
alerte 



(Variante)
 Le graveur voit disparaître
une à une les vespasiennes
tableaux noirs où ses désirs 
 s'écrivirent 
 sans angoisses grammairiennes


 Raymond Queneau