10 mai 2010

...ces choses qui ne reviennent pas

La petite fille aux feuilles mortes, 1947  

« ... il faut quand même saisir les choses, parce que comme le disait Rimbaud, le tour de bonté ne revient pas sans cesse. Pour parler d’une façon un peu plus vulgaire, les plats ne repassent pas forcément deux fois, et dans la photo que je fais, il faut bien se rendre compte que les moments uniques ou magiques ne reviennent pas. Et disons que l’art, l’art dans le sens travail, c’est plutôt de saisir ces choses qui ne reviennent pas. C’est ce qui fait souvent la grande valeur de la photo. »

 Édouard Boubat