25 octobre 2009

aimée en vain

Le suicide de Lucrèce, Lucas Cranach l'Ancien, 1538


Salomé portant la tête de St Jean, Lucas Cranach l'Ancien, vers 1530

Les sept tableaux de Cranach au musée de Budapest : sept femmes toutes indifférentes, que ce soit Lucrèce enfonçant un poignard dans son ventre, Salomé portant la tête d'un homme roux (en l'occurrence la tête de Cranach), ou bien ces quatre femmes glacées qui encadrent la Sainte Vierge. Toutes ne peuvent être que la représentation d'une femme aimée en vain par Cranach.
Mais je reviens à cette troisième toile de Cranach : Salomé portant sur un plateau la tête de son amant. Ce n'est pas tant la douleur comme souffrance physique qui est représentée, mais la douleur morale d'un homme qui aime une femme indifférente à son amour.

Dominique de Roux