25 août 2009

autoportrait de peintre par écrit




« Puisque j'en suis tellement à te parler de moi, je vais essayer de voir si je ne pourrais pas te mettre mon propre portrait par écrit. Je pose d'abord en fait que, selon moi, un portrait de soi peut fournir matière à plusieurs portraits de conceptions très différentes. [...] Un visage gris-rose et des yeux verts, des cheveux de couleur de cendre, un front ridé et, autour de la bouche, raide et comme en bois, une barbe très rouge, un peu en pagaille, et triste ; mais les lèvres sont pleines ; un sarrau bleu de toile grossière, et une palette avec du jaune citron, du vermillon, du vert Véronèse, du bleu de cobalt, enfin toutes les couleurs sur la palette, excepté l'orangé de la barbe, toutes des couleurs pures. La tête est sur un fond de mur blanc gris. Tu me diras que cela ressemble un peu à la tête de la Mort dans le livre de Van Eden, par exemple ou à quelque chose d'approchant. Soit, mais enfin la figure est ainsi, et il n'est pas facile de se peindre soit même, en tout cas, c'est autre chose qu'une photographie. [...] On cherche une ressemblance plus profonde que celle du photographe. Pour l'instant je suis tout différent, seuls les yeux verts sont restés les mêmes. »