15 avril 2014

terrifiante associée




La Haine, par Félix Vallotton, 1906 


« Qu'est-ce que l'homme a donc fait de si grave qu'il lui faille subir cette terrifiante associée qu'est la femme ? »   



Félix Vallotton




13 avril 2014

tag promu oeuvre d’art




métro parisien tagué 


« ...Finis le génial Joey Starr, le tag promu oeuvre d’art par Jack Lang pour bien rappeler au beauf, assis dessus dans le métro saccagé qui le conduit à son travail précaire, qu’il n’a décidément aucun goût pour l’avant-garde, ce gros con d’ex-coco qui ne comprenait déjà rien à Picasso ! ... »   



Alain Soral




11 avril 2014

On y habite. On y oublie

Baiser par Théodore Géricault 


« Un baiser apaise la faim, la soif. On y dort. On y habite. On y oublie.  »   


Jacques Audiberti



9 avril 2014

Une définition de la poésie

Pluie torrentielle à Haïti 


La poésie, c'est notre père qui arrive un soir sous une pluie torrentielle, et qui nous chante une complainte qu'il a composée pour une petite cuillère en argent.

Notre père voulait arrêter la pluie de septembre avec une petite cuillère, et la pluie a retourné son esprit comme un vieux pantalon.

La poésie, c'est : un père haïtien qui perd la raison pour une petite cuillère mise en chanson sous une pluie qui pousse avec rage tout près de notre enfance ! 



René Depestre

7 avril 2014

maisons zen

tableau de Pierre Soulages


  « La vision de Soulages est plus puissante que la mort, elle l’arrête comme jadis on arrêtait un vampire avec une croix. Ce noir charpente mon cerveau, y tend ses poutres maîtresses dont le deuil n’est qu’apparent : le noir est l’éclair d’un sabre de cérémonie, une décapitation qui ouvre le bal des lumières. Ces œuvres appellent le grand air, leurs falaises réclament un vent furieux. Je ne suis pas devant l'œuvre d’un contemporain mais devant le plus archaïque des peintres. Ses peintures sont des maisons zen, les trois quarts d’une maison zen dont le spectateur fait le quart restant. » 

 Christian Bobin

5 avril 2014

l'image forte




Le calice du devenir, par Odilon Redon, 1894



  « Le propre de l’image forte est d’être issue du rapprochement spontané de deux réalités très distantes dont l’esprit seul a saisi les rapports. »   


Pierre Reverdy





3 avril 2014

callipyge

Vénus callipyge 


« La Vénus callipyge avait un bel avenir derrière elle.  »   



Tristan Bernard

 

1 avril 2014

Faire l'autruche




« Les carottes prouvent qu'il ne suffit pas de faire l'autruche pour échapper à l'appétit de l'homme. »   


Sylvain Tesson




30 mars 2014

Monte sur moi




Monte sur moi comme une femme 
Que je baiserais en gamin 
Là. C’est cela. T’es à ta main ? 
Tandis que mon vit t’entre, lame 

Dans du beurre, du moins ainsi 
Je puis te baiser sur la bouche, 
Te faire une langue farouche 
Et cochonne et si douce, aussi ! 

Je vois tes yeux auxquels je plonge 
Les miens jusqu’au fond de ton cœur 
D’où mon désir revient vainqueur 
Dans une luxure de songe. 

Je caresse le dos nerveux, 
Les flancs ardents et frais, la nuque, 
La double mignonne perruque 
Des aisselles et les cheveux ! 

Ton cul à cheval sur mes cuisses 
Les pénètre de son doux poids 
Pendant que s’ébat mon lourdois 
Aux fins que tu te réjouisses, 

Et tu te réjouis, petit, 
Car voici que ta belle gourle 
Jalouse aussi d’avoir son rôle, 
Vite, vite, gonfle, grandit, 

Raidit... Ciel ! la goutte, la perle 
Avant-courrière vient briller 
Au méat rose : l’avaler, 
Moi, je le dois, puisque déferle 

Le mien de flux, or c’est mon lot 
De faire tôt d’avoir aux lèvres 
Ton gland chéri tout lourd de fièvres 
Qu’il décharge en un royal flot. 

Lait suprême, divin phosphore 
Sentant bon la fleur d’amandier, 
Où vient l’âpre soif mendier, 
La soif de toi qui me dévore 

Mais il va, riche et généreux, 
Le don de ton adolescence, 
Communiant de ton essence, 
Tout mon être ivre d’être heureux.   



Paul Verlaine



28 mars 2014

Le loup et l'agneau

Illustration de la fable par Marc Chagall 

La raison du plus fort est toujours la meilleure ; 
Nous l'allons montrer tout à l'heure. 
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
« Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité. 
— Sire, répond l'Agneau, que Votre Majesté 
Ne se mette pas en colère ; 
Mais plutôt qu'elle considère 
Que je me vas désaltérant 
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle ; 
Et que par conséquent, en aucune façon, 
Je ne puis troubler sa boisson. 
— Tu la troubles, reprit cette bête cruelle ; 
Et je sais que de moi tu médis l'an passé. 
— Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'Agneau ; je tette encore ma mère. 
— Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
 — Je n'en ai point. — C'est donc quelqu'un des tien» ; 
Car vous ne m'épargnez guère, 
Vous, vos bergers, et vos chiens. 
On me l'a dit : il faut que je me venge. » 
Là-dessus, au fond des forêts 
Le Loup l'emporte et puis le mange, 
Sans autre forme de procès.  



26 mars 2014

Bonté







« Je suis si bon que je ne dérange jamais le chat qui dort à la place où j'écris : je vais faire un petit tour de promenade. »   



Jules Renard

24 mars 2014

Printemps

Montagnes à Collioure par André Derain, printemps 1905

                      
De gauche à droite
ou de cour à jardin
égrener le chapelet du vocabulaire
et malaxer chacun de ses grains
pour qu'il devienne fruit mûr
sinon germe d'étoile. 



Michel Leiris

 

22 mars 2014

colocataire



Le double secret par René Magritte, 1927

 
  « On a parfois l'impression qu'habite en nous un colocataire. »   


Stanislaw Jerzy Lec





20 mars 2014

Voyez un enfant de Rubens...




La fête de Vénus par Pierre Paul Rubens, 1637

— cliquer l'image  pour voir la  toile en grand

« ... Voyez un enfant de Rubens. C’est de l’arc-en-ciel fondu sur la chair, l’éclairant et la pénétrant, lui donnant l’éclat, le relief, la circulation, la palpitation, la vie sortant à pleins bords de la toile... »   




18 mars 2014

sous-développés

Bangui, 4 décembre 1977. Le sacre de Bokassa 1er 


« Les sous-développés ne sont pas les peuples, ce sont les dirigeants. »   



Jean-François Revel



16 mars 2014

Arthur Schopenhauer


 
Portrait d'Arthur Schopenhauer par Ludwig Sigismund Ruhl 



Ce qu'il a enseigné est démoli
Ce qu'il a vécu restera inaboli :
Prenez l'exemple sur lui !
À nul maître il ne s'est soumis !  


Friedrich Nietzsche