22 novembre 2014

le regard des monstres

Enough par Nicolas Hicks, 2013 


« ...cette désolation si singulière qu'il y a toujours dans le regard des monstres. »   



André Pieyre de Mandiargues

20 novembre 2014

le nom du fleuve

Peinture sur étoffe (détail). Attribuée à Tchao Mong-fou, 1254-1322. 


Descendant du cheval
dans le vent d'automne 
j'ai demandé le nom du fleuve 


Masaoka Shiki

18 novembre 2014

Rimes riches à l'œil

La liberté guidant le peuple par Eugène Delacroix, 1830 


La liberté guidant le peuple par Yue Minjun 


L'homme insulté‚ qui se retient
Est, à coup sûr, doux et patient.
Par contre, l'homme à l'humeur aigre
Gifle celui qui le dénigre.
Moi, je n'agis qu'à bon escient :
Mais, gare aux fâcheux qui me scient !
Qu'ils soient de Château-l'Abbaye
Ou nés à Saint-Germain-en-Laye,
Je les rejoins d'où qu'ils émanent,
Car mon courroux est permanent.
Ces gens qui se croient des Shakespeares
Ou rois des îles Baléares !
Qui, tels des condors, se soulèvent !
Mieux vaut le moindre engoulevent.
Par le diable, sans être un aigle,
Je vois clair et ne suis pas bigle.
Fi des idiots qui balbutient !
Gloire au savant qui m'entretient !  


Alphonse Allais


16 novembre 2014

À Richard Wagner





Richard Wagner 

Toi qui a souffert de tous les liens, 
Esprit tourmenté, épris de liberté,
Vainqueur davantage et davantage enchaîné,
Dégoûté toujours plus et toujours plus écorché,
Au point que dans tout baume tu buvais le poison
Héla!Toi aussi tu t'es effondré au pied de la Croix !
Toi aussi ! Même toi — un miraculé !

Je m'arrête longtemps devant ce spectacle,
Flairant prison, chagrin, rage, cage
Et, au milieu, nuée d'encens, parfum de prostituées bigotes,

Ce qui m'effraie :
Je jette en l'air en dansant ma marotte au fou !
Car j'en ai réchappé



Friedrich Nietzsche



14 novembre 2014

étalon

Étalon arabe par Victor Adam 


étalon. - Toujours vigoureux. Une femme doit ignorer la différence qu'il y a entre un étalon et un cheval.   



Gustave Flaubert

12 novembre 2014

une sphère claire

Automne, par Henri Laurens 


« La sculpture de Laurens est pour moi plus que tout autre, une véritable projection de lui-même dans l'espace, un peu comme une ombre à trois dimensions. Sa manière même de respirer, de toucher, de sentir, de penser devient objet, devient sculpture. Cette sculpture est complexe ; elle est réelle comme un verre (je voudrais dire «ou comme une racine» ) [...] En travaillant la terre, Laurens travaille aussi le vide qui entoure cette matière, l’espace même devient volume. Laurens crée simultanément des volumes d’espace et des volumes de terre. Ces volumes alternent, s’équilibrent et, ensemble, deviennent la sculpture. Et cette sculpture est une sphère claire. »   



Alberto Giacometti


10 novembre 2014

message christique



Jésus chassant les marchands du temple, par Luca Giordano


  Il est regrettable que le message christique ne se soit pas limité à l'expulsion des marchands du temple

 Bruno Favrit






Jésus chassant les marchands du temple, par Rembrandt

8 novembre 2014

La mort a raison de chacun

Bette Davis dans le film "Emprise" de John Cromwell, 1934 

La mort, qui a toujours tort, a raison de chacun.  


Jacques Sternberg

6 novembre 2014

Althaemenes




Deux études d'hommes nus ( Athalmenes se cachant dans les buissons)
par Nicolai Abraham Abildgaard
 


Étude d'homme nu (Athalmenes au désespoir essayant de se cacher)
par Nicolai Abraham Abildgaard
 



Étude d'homme nu (Athalmenes au désespoir)
par Nicolai Abraham Abildgaard
 




« Althamenes fuant [sic] l'[aspect ?] des hommes, apres
avoir involontair tuer[sic] son Pére, s'alla cacher

dans des lieux deserts, ou il mourut de chagrin, 
et desespoir.
Proteus.»


au crayon et à l'encre brune par l'artiste ; en bas au centre est écrit , «Diodorus Siculus» au graphite   




4 novembre 2014

faire du feu entre lui et toi




« Celui qui dompte le lion, devient l'esclave du lion. Ce qu'il faut, c'est faire du feu entre lui et toi.  »   



René Char

2 novembre 2014

L'homme qui sait se reposer...




Fakir de Bénarès, 1907 


L'homme qui sait se reposer, le cou sur une ficelle tendue, n'aura que faire des enseignements d'un philosophe qui a besoin d'un lit.  


Henri Michaux




31 octobre 2014

immortels de l'éphémère


L'homme de l'année, la femme de l'année, la célébrité de l'année, ces immortels de l'éphémère.



Albert Brie






29 octobre 2014

le "rendu" du plein air ...

Peupliers , trois arbres roses par Claude Monet, 1891 


— Vous avez l’air Monsieur Céline d'en connaître un fameux bout! Alors, technique pour technique, expliquez-moi voir un petit peu, pourquoi les Impressionnistes se sont révélés tout d'un coup? pourquoi ils ont cessé de peindre tout d'un coup, en «jour d’atelier» ? 
— Parce qu'ils avaient vu des photos!... qu'on venait de découvrir la photo! . .. les Impressionnistes ont très justement réagi devant la Photo!... ils ont pas cherché à concurrencer la photo!... pas si stupides! ils se sont cherché un petit condé... ils ont inventé un petit truc! que la photo pourrait pas leur secouerl... pas tant le «plein air», comme on prétend!... pas si cons!... mais le «rendu» du plein air !... là, vraiment ils risquaient plus rien !... la photo est pas émotive... jamais !... elle est figée, elle est frigide... comme le cinéma... avec le temps elle tourne grotesque... comme le cinéma forcément, que grotesque !... elle peut que ça!. ..  



Louis-Ferdinand Céline




27 octobre 2014

Éviter les portraits instantanés....

L'acteur Peter Sellers photographié par Billy Brandt  


« In my portraits I try to avoid the fleeting expression and vivacity of a snapshot. »   



Billy Brandt

25 octobre 2014

Automne






Ce que j'écris et qui,
doré par mon orgueil,
me semble traits de feu
n'est peut-être que lueurs sur un marécage
ou flamboiement de feuilles mortes.  


Michel Leiris

23 octobre 2014

Antiquité


Cheval et palefrenier, paravent japonais fin du XVIII ème siècle 


 Les bouddhas, les divinités, les chevaux et les fleurs de lotus aux couleurs écaillées l’oppressaient presque. Les yeux levés vers eux, il oubliait tout ; même son bonheur d’avoir rompu avec la fille d’une folle...   



Ryūnosuke Akutagawa